Grand Paris sud
ffam

© 2019 par Sénart Multirotor Racing

  • Admin

Hélicomicro Cup #3 ou comment voler 45 min dans une compétition !



Dimanche 4 février 2018, dans le gymnase du complexe sportif Marcel Bec à Meudon (92) s’est tenue la troisième édition de la course Hélicomicro Cup.

Mais pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont voulu innover en proposant une course d’endurance pour les 2 catégories de racer, brushed et brushless : effectuer sur une durée de 5 minutes, un maximum de tours de circuit tout en ayant un regard sur le chronomètre au tour pour départager les pilotes qui auraient effectué un nombre de tours identique.

5 minutes, c’est vraiment très, très long par rapport aux courses classiques où les meilleurs pilotes font leurs 3 tours de circuit généralement en 1min30s.

Techniquement, les machines devaient juste respecter une limite de taille (hélices 3 pouces) avec des batteries en 4S maximum… de grosse capacité, enfin pour des 3 pouces, le maximum devait être du 1 200 mAh en branchant 2 batteries en parallèle.

Un certain scepticisme pouvait se lire chez les compétiteurs au démarrage de cette épreuve d’un nouveau genre puisque pratiquement aucun d’entre eux n’avait essayé de voler sur une durée aussi importante en mode course.

Et dès la fin de la manche d’essai, on a pu voir tous les pilotes avec un grand sourire (et moi le premier) : c’est tout à fait possible ! dès lors que l’on adopte une véritable stratégie de course dans laquelle il faut soigner toutes ses trajectoires et mettre juste ce qu’il faut de gaz pour enchaîner les tours.

On a ainsi vu dans les phases qualificatives des pilotes partir très vite afin d’enchaîner le maximum de tours, mais qui ont dû se poser largement avant les 5 minutes faute de batterie et du coup, se faire rattraper en nombre de tours par les pilotes qui avaient adopté un rythme plus lent jusqu’à la fin du temps.

Au fur et à mesure des qualifications, chaque compétiteur devait trouver en fonction de son pilotage et de sa machine, le temps au tour qui lui permettrait d’utiliser les 5 min au mieux avec comme point de référence le pilote qui repoussait à chaque fois le nombre de tours.

Pour constituer la finale, 7 phases de qualification ont été réalisées, soit potentiellement 35 min de vol pour tous les pilotes. Là, déjà, les pilotes peuvent dire qu’ils ont fait le plein en temps de vol, quel que soit leur niveau. C’était déjà une vraie satisfaction par rapport à une compétition classique où un pilote peut se retrouver sur une journée à avoir volé 5 min et devoir repartir chez lui. Trop frustrant.

À souligner que les pilotes en brushed pouvaient changer de batterie et aller remettre leur machine droite pendant une épreuve : les pilotes courraient donc comme des fous sur la piste et certains nous ont gratifiés d’arrêts au stand avec changement de batterie en 10s. Génial, comme en F1 !

Au terme des 7 phases de qualification, une seule phase finale s’est alors jouée par poules de 4 pilotes maximum.

Résultats des phases de qualification pour la poule A (nb. tours/temps) :

  1. Julien Letève : 23/4 :44.674

  2. 2sek : 21/4 :53.347

  3. Nicolas Forestier : 20/4 :19.105

  4. Dan Yassur : 19/4 :12.084

Le podium est ainsi :

En brushed (photo à gauche):​


  • ​1er 2sek

  • 2ième Vince Tux (SMR)

  • 3ième Sylvain Poulet (SMR)

En brushless (photo à droite):

  • 1er Dan Yassur (SMR)

  • 2ième Nicolas Forestier (SMR)

  • 3ième 2sek


À l’issue de cette journée, il semble bien que tous les pilotes aient véritablement apprécié cette formule d’endurance dont le succès a principalement reposé sur 2 éléments techniques :


  • Le tracé du circuit était parfaitement pensé par l’équipe d’Hélicomicro pour une course

d’endurance : 1 seule passage technique avec 1 split « S » et le reste sur des trajectoires fluides autour des drapeaux et un passage sur une belle ligne droite à travers 2 portes juste à côté du public très présent et qui a apprécié à en juger leurs applaudissements ;


  • ​La fiabilité du système de comptage/chronométrage : pour cela, c’est le logiciel Live Time couplé avec un comptage LapRF personnal d’ImmersionRC appartenant au SMR qui a été mis en œuvre. On doit la maîtrise du fonctionnement de ce système au temps (très) important que Vincent Boisselier, président du SMR, a su y consacrer.

Le meilleur des mondes ?

L’expérience que nous avons vécue ce dimanche a vraisemblablement marqué un tournant dans la tête des pilotes compétiteurs de cette épreuve d’endurance : tout le monde en redemande avec l’envie de revenir avec une machine mieux préparée pour se livrer de belles batailles car outre la stratégie, dans une épreuve de ce type, le pilote voit souvent les autres racers en raison des nombreux dépassements et croyez-moi, dans les lunettes, ça fait de belles sensations.

On attend donc la prochaine avec impatience…

#WDR #worlddroneracing #helicomicro #ffam #endurance

2 vues